24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 20:56

 

Déportée au bord du monde repus

Onde visqueuse dangereuse

Lourds abysses de honte

Mer oubliée portant souffrance

Mer formée de terreur et de colère

 

Tu dorlotes des enfants noyés

Qui jamais ne remonteront

Petits corps bleuis, bouffis

Poissons grimaçants

Péniblement bercés

 

C'est là que je suis né, que j'ai crû

Dans la presque morte

Buvant les eaux mauvaises

Qui m'ont reconnu déformé

Monstre marin proliférant

 

Et les hommes ont fui

La mer noire menaçante

Interdits devant le flot pesant

La bête profonde, béante

Qui appelait pourtant

 

Hélène Genet

 

http://expositions.bnf.fr/hugo/images/3/005.jpg

Victor Hugo, Ma destinée, 1867