2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 13:31

L'amertume, amère tumeur,

de mes jours la sombre humeur

qui s'épanouit en mélancolie

serpenta dans les veines

de l'enfant trop tôt vieilli

la mère me tue

la mère tu meurs

l'une ou l'autre perdue

 

L'amertume est souvenir

âpre empreinte

muqueuses labourées

mandibules crispées

en une grimace de dégoût

où s'enfouit le cri interdit

l'âme erre abandonnée 

maudite et trouée

 

Amertumes évanouies

tant de larmes taries

qui brillent aujourd'hui

en solutions sonores

la bouche déformée

travaille les mots nouveaux

la parole lénifiante

des sens endoloris l'élixir


 

Hélène Genet

http://storage.canalblog.com/71/34/248720/20661572.jpg

 

Alfred Kubin, "Le Marécage" (1903)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires